• FLOTTE CIT

               FLOTTE CIT

  • Intro

    Le CIT Un nouvel esprit de développement de Toulépleu. Certe nous sommes les initiateurs, mais aujourdh'ui nous sommes à une quarantaine de me membres. je lance un appel à tous les fils de la région afin de se joindre à nous. Le fonctionnement est facile et nous saurons vous expliquer long et en large. Notre objectif est de coopter 100 membres d'ici Décembre 2010. joignez nous à ces numéros: 05665544 07795754 Soyez les bienvenus!
  • PRESIDENT

        PRESIDENT

    • Album : Photos des membre du CIT
      <b>alfoto.jpg</b> <br />
  • Sondage

    Croyez vous au projet CIT dans l'avenir?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • CONTACTER LE BLOGGER

    Email: nioule4@gmail.com nioule@yahoo.com Contacts: 45326262 07795754
  • Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

LANCEMENT DU PROJET VIVRIER

Posté par citci le 31 octobre 2013

LANCEMENT DU PROJET VIVRIER dans Articles dscf6004-2-300x225

Lancement du projet  » productions intensifs de produits maraîcher en culture hydroponique hors »

Agitel Formation

13 Avril 2013

Publié dans Articles | Pas de Commentaire »

L’origine des différentes « tribus » Wé

Posté par citci le 10 juillet 2010

javascript:void()
L’analyse des données de la tradition orale relatives à l’implantation de chacun des groupements guérés et wobés sur le territoire actuel nous permet de distinguer trois groupes de populations :

les populations se disant « autochtones « , à ancêtres d’origine mythique (ciel, lune, air, terre, eau, feu) ;
les populations dont la provenance est liée à un courant migratoire à longue distance (migrations externes) et à ancêtres réels : populations originaires de l’Est ( » de derrière le Sassandra « ) ; populations originaires du Nord (savane et rive droite du Sassandra) ; populations originaires du Sud (Libéria) ;
les populations dont l’arrivée est liée à des courants migratoires internes ; courants migratoires du Nord vers le Sud ; courants migratoires du Sud vers le Nord.
1. Les noyaux « autochtones »

1) Les groupements se disant autochtones sont essentiellement constitués par les Wobé et les populations guéré entre Sassandra et Kô-Nzo :
- Wobé : ensemble de la confédération Gbéon, moins les Kouao ; ensemble de la confédération Zoho, moins les Saho ;
- Guéré : deux groupements Zibiao : Niaho et Goléo ; ensemble de la confédération Zagné, moins les Gbowon : trois groupements Zagna : Blaon, Tiètan, Tièmesson, plus un clan Bilou (Djibo) ; ensemble du groupement de guerre Zaha.

2. Les migrations à longue distance ou externes

a – Les populations originaires de l’Est : elles se répartissent en quatre grandes catégories :

- les populations Saho, d’origine niédéboua, présentes en pays wobé (confédérations Zoho et Baon) et en pays guéré (confédération Zagné, groupement Vallon-Djimahon.) ;

- les populations des groupements Daho-Doo et Gbao, d’origine niaboua ;

- les populations de la confédération Zérabaon et du groupement Boo, dont le point de départ serait constitué par la montagne Gnan (ou Gnahia). Située par les uns en pays niédéboua, par les autres beaucoup plus à l’Est ;

- les populations d’origine malinké (Séguéla) de la confédération Baon (Sémian, Koua et Blaon).

b – Les populations originaires du Nord : il s’agit essentiellement des Guéré de Toulépleu : Nidrou, Béhoua, Welao, que la tradition orale fait partir, pour les Nidrou et les Béhoua de la savane au Nord de l’actuel pays wobé, pour les Welao du Mont Nimba. Mention doit être faite ici également du micro-groupement des Zouagnon (pays wobé), d’origine toura.

c – Les populations originaires du Sud : deux groupes de populations revendiquent une origine libérienne :

- la confédération Zibiao, moins les groupements Niao et Goléo ;

- le clan Mao (Guéré de Toulépleu).

3. Les migrations internes
Ces migrations sont soit collectives soit individuelles : – collectives : du Nord vers le Sud : groupement Gbowon? de la confédération Zagné, parti du pays wobé, confédération Gbéon, groupement Gbéan ;

(d’après A. Schwartz)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

CIT-VILLE

Posté par citci le 12 août 2009

Création de la ville nouvelle « CIT-VILLE »

Une ville moderne et modèle
Une ville de l’intégration
Une ville verte alimentée par les énergies renouvelables
Une ville sans gaz carbonique
Une ville électronique
Une ville bâtie sur une superficie de dix hectares ceinturée par un cours d’eau artificiel
CARACTERISTIQUES
100 villas haut standing
200 logements
Un groupe scolaire
Un centre de santé
Un centre commercial
Un complexe sportif
Un externat
Un foyer pour personnes âgées
Un centre culturel
Un complexe hôtelier
Un institut de technologie

Publié dans Articles | Pas de Commentaire »

° Solidarité pauvre et aliénante, la solidarité enrichissante

Posté par citci le 12 août 2009

Substituons à la solidarité pauvre et aliénante, la solidarité enrichissante et constructive pour garantir notre propre DIGNITE
Sur le plan social et humanitaire, TOULEPLEU jouit d’une notoriété enviable. Son peuple est d’une solidarité avérée. Mais à y voir de près, le dynamisme de cette solidarité légendaire prête à critiques. Tant est que ce soutien mutuel agissant demeure sous cette forme abrupte et pauvre. Une solidarité qui fait le nid à un système infernal d’assistanat, et encourage l’oisiveté et le manque d’initiative.
Une assistance réduite à  » fournir à l’assister du poisson au lieu de lui apprendre à pêcher « . Dans sa manifestation la plus récurrente, cette solidarité à la Toulépleuenne agit autour des causes perdues. Apprécions ensemble la portée d’une mobilisation inouïe, en vue de lever des fonds (des sommes faramineuses, s’entend) pour organiser des obsèques dignes d’un prince à un parent mort, faute d’avoir réuni le prix dérisoire de la plaquette de nivaquine, qui sauve du paludisme. Quelle drôle de solidarité !
Notre solidarité doit cesser de nous maintenir dans l’état de nécessité absolue et permanente pour nous délivrer de la dépendance et du joug de la pauvreté.
C’est bien cette solidarité aliénante, improductive et humiliante, Lire la suite… »

Publié dans Articles | Pas de Commentaire »

° MOT DU PRESIDENT

Posté par citci le 12 août 2009

CIT Club des Investissements de Toulépleu Près d’un siècle après son érection en centre urbain, la ville de TOULEPLEU et sa région demeurent paradoxalement déconnectés du monde économique, enchanteur et prospère. Le Département et ses trois Sous préfectures sont sans infrastructure de développement viable. (Route, école, eau salubre, produits manufacturés de première nécessité, équipements de santé, électrification…, demeurent une denrée rare ou précaire). Tous les indicateurs de développement sont au rouge. La notion de qualité de vie dans cette région enclavée du pays reste un leurre. Cette situation d’une précarité inextricable a vu son aggravation avec l’avènement de la crise ivoirienne. Théâtre de combats meurtriers, lors de la rébellion éclatée le 19 septembre 2002, en Côte d’Ivoire, avec son lot de destruction massive de personnes et de biens, ainsi que les exodes forcées des populations voulant échapper à la mort, TOULEPLEU s’est retrouvé, après cette guerre à la case départ, d’où il avait déjà assez de peine à décoller. Victime de politiques nationales de planification du développement ? Victime de son isolement géographique, (excentré des pôles phares de décision) ou de pénétration coloniale tardive ? Victime de sa population et de ses choix socio-économiques et culturels? Autant de questions aux réponses importantes qu’instructives, mais qui ne feront pas l’objet d’analyse ici. Notre préoccupation étant comment projeter TOULEPLEU Lire la suite… »

Publié dans Mot du Président | Pas de Commentaire »

° TOULÉPLEU ÉTUDE ÉCONOMIQUE

Posté par citci le 6 juillet 2009

Carte de toulépleu Carte du Département de Toulépleu

Télécharger le fichiercliqueici91.gif

TOULÉPLEU  ÉTUDE ÉCONOMIQUE D’UN CENTRE  SEMI-URBAIN DE L’OUEST IVOIRIEN

Le centre semi-urbain de Toulépleu, situé à 8025’30″ de longitude ouest et 6034’40″ de latitude nord, occupe, à l’extrémité ouest de la Côte d’ivoire et aux confins du Libéria, une position triplement marginale :

- marginale géograpkiquement : Toulépleu est à 650 km d’Abidjan, au cceur d’une région qui n’a été reliée au reste du pays qu’en 1931 (ouverture de la route de Guiglo), et dont l’accès a continué à poser jusqu’en 1961 (construction à Sahibli en remplacement du bac d’un pont sur le Cavally) de sérieux problèmes en saison des pluies. Au débouché d’une zone naturelle (le couloir entre Nuon et Cavally), orientéeNE-SW, et qui tourne résolument le dos à la Côte d’ivoire, coup é de I’hinterland libérien par une ligne dedémarcation artificielle, le centre s’est trouvé isolé, dès le début, dans un véritable cul-de-sac. Il n’a commencé à en sortir que depuis l’ouverture, en 1962, de la bretelle routière qui relie Toulépleu à l’axe central  libérien T&ien-Tapita-Monravia …

Pour tout lire télécharger le fichier.

Publié dans Articles | 1 Commentaire »

 

Aerospace-Experts |
Maroc"Les RH en mouvement" |
Despre Fondurile Structural... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SERVIPRO
| Homework
| affairesapetitsprix